Skip to content

Choisir nos guerres

24 mai 2010

J’ai pas grandi dans un milieu « comme ça ». Dans mon monde, tout le monde avait au minimum une voiture, une piscine et une maison pour y recevoir ses amis à souper dans la bonne humeur le samedi soir à une table toujours trop petite pour ce qu’on y mettait. On se tapait pas dessus, on se criait pas par la tête, tout le monde était gentil et bien élevé. Je ne savais pas qu’un homme pouvait parfois frapper sa femme ou la détruire psychologiquement. Je me doutais encore moins qu’une femme pouvait demeurer dans une telle situation. La pauvreté et la famine existaient en Afrique et peut-être un peu au États-Unis, mais je n’en était pas certaine.

Ici c’est différent, c’est « comme ça ». Ici, j’ai une voisine qui s’est tannée des interminables chicanes avec son chum qui finissaient souvent dans un gros vacarme me faisant me demander si je devais faire le 911 pour elle … ou pour lui. La voisine a foutu le mec à la porte et s’en trouvé un tout neuf, pas mal pareil à l’autre mais « au moins celui-là il a la décence de s’excuser après l’avoir envoyée dans le mur ». Puis il a une plus belle voiture que l’autre. Quand même.

Ici j’ai une autre voisine qui fait son gros possible pour subvenir aux besoins de 2 enfants dont le papa s’est barré avec une escorte il y a bien 10 ans. Jamais revu. Jamais eu un sous non plus. Elle travaille pas la voisine, quel employeur voudrait garder une femme sans diplôme qui doit constamment quitter en catastrophe pour aller calmer son fils qui fait des crises de colère à propos de rien? Il arrive à 12 ans le fils, il sera bientôt plus grand que maman. Il est déjà plus fort qu’elle.

Ici on avait cette autre voisine qui s’est fait mettre à la porte la semaine dernière. Elle avait une philosophie de vie tellement simple: C’est pas mon problème! Ça lui donne donc le droit de mettre trop de musique, trop forte, trop souvent, et de cracher sur tout ceux qui osent s’en plaindre. Ça lui fait aussi une ligne assez simple à suivre pour éduquer son ado, qui fait déjà la fierté de maman en intimidant les enfants de 3-4 ans du voisinage.

Je ne sais pas ce que ça va donner comme résultat avec la Puce, de grandir dans un milieu « comme ça ». Chose certaine elle est plus consciente que moi au même âge des problématiques sociales et depuis quelque temps elle est pleine d’empathie. Elle voudrait qu’on fasse dîner ici ceux qui n’ont pas de lunch à l’école, qu’on règle les problèmes d’injustice de l’un, d’absence de mère de l’autre, de pensées suicidaire d’une autre… Je suis essoufflée juste à penser à tout ce qu’il y a à faire dans mon quartier. J’agis, je m’implique, je donne du temps, j’écoute, je suggère des ressources, je… vous m’excuserez de ne pas donner plus à l’aide internationale, il y a des drames dans mon quartier qui ont des répercussions visibles et directes sur ma qualité de vie et celle de ma fille.

Publicités
19 commentaires leave one →
  1. 24 mai 2010 10 h 01 min

    Parce que l’international, c’est aussi les autres qui nous entourent. D’un point de vue global, tu contribues à l’aide l’internationale des outre-mer, en donnant ton coeur à ceux et celles qui voudraient, de là-bas, venir en aide à ceux et celles d’ici. « Coopération locale » pour toi, mais « internationale » pour lesBurkinabés, disons.
    Et c’est 1001 fois plus difficile d’intervenir chez soi que de faire parvenir 5$ par mois pour aider quelqu’un. Avec les yeux d’ici, on se rend trop compte de ce qui se passerait, avec l’argent. Ou le manque d’argent.
    Bref, connais-toi toi-même.
    Moi, ça me sécurise de te savoir ici. Vraiment.
    M.

  2. 24 mai 2010 12 h 50 min

    Je n’ai pas grandi dans le même quartier que toi. J’habitais la rue des riches, tout à côté de la rue des pauvres.
    Chez les pauvres, la misère était grande. Je l’ai compris en allant jouer chez mon ami L. On tassait le prélart de ce qui était la seule pièce de la maison pour jouer dans la terre pendant que la maman buvait sa bière en silence jusqu’à ce que nos bruits d’enfant l’incite à nous mettre à la porte. Ce que nous avons fait en courant.
    Je me souviens aussi de cette dame qui était venue sonner à notre porte en pleine nuit après avoir réussi à s’enfuir des coups de son mari par la fenêtre de la salle de bain.
    Chez nous aussi, il y en avait des coups, même que mon frère ainé n’y a pas survécu. Mais comme sur la rue des pauvres, certains ont réussi à se relever et d’autres sont encore à genoux sur le sol de leur prison. Pourquoi les uns et pas les autres ? Je ne le sais vraiment pas. Mais je n’ai pas le temps de me poser des questions, c’est l’heure d’aller mettre des produits dans ma piscine.

    le survivant

  3. 24 mai 2010 16 h 26 min

    Question d’orgueil probablement je pourrais pas dire… C’est facile d’aller chercher de l’aide chez ceux qui sont à des milliers de km de chez soi… Un peu moins que d’aller en chercher chez son voisin.

    Ça va dans le même sens quand l’aide nous provient de personnes que l’on côtoie… On veut pas s’avouer « sans failles » par crainte du jugement des autres…

    Il porte à réflexion ce billet! Tout autant que le commentaire du neurone

  4. 24 mai 2010 19 h 41 min

    Ces derniers temps je n’ai jamais été aussi sensible sur la cause humanitaire que jamais auparavant. Je réalise de l’énorme chance que j’ai CHAQUE JOUR. Ça ne garantie pas le bonheur mais je me considère chanceuse quand même. Être sensible aux autres n’est-ce pas un peu ça être humain???

  5. 25 mai 2010 9 h 25 min

    Moi je pense que ça aura un impact positif chez la Puce parce qu’elle ne parlera pas au travers de son chapeau plus tard. Puis elle ira probablement beaucoup plus loin que le premier degré et le : « Ben là. Y’avait juste à pas être pauvre. » (Parce que je l’ai trop entendue, celle-là!)

    Pour le reste, je seconde entièrement l’Intellex. 🙂

  6. Armand permalink
    26 mai 2010 3 h 21 min

    Chère Fêlée,
    J’ai une amie des blogs qui dit toujours qu’il faudrait des autorisations pour faire des enfants.
    Et elle a raison: pourquoi faut-il accepter des enquêtes sociales, donner des preuves de revenus… pour adopter un gosse et peut-on faire des futurs malheureux ou délinquants de façon naturelle?
    Seconde remarque: les hommes qui battent leur femme et leurs enfants se retrouvent dans tous les milieux. J’en connais au moins un de fort scolarisé et un autre à mettre dans la catégorie des glandeurs.
    Un peu comme les habitués des excès de vitesse, drogues et alcool au volant, qui prétendent après l’accident, qu’ils ne l’avaient pas voulu!
    Je n’aime pas les C O N S !
    Amitiés

  7. La Prose permalink*
    26 mai 2010 6 h 10 min

    Moi aussi je vois ces « phénomènes » chaque jour et j’essaie de faire réaliser à mes princesses la chance qu’elles ont d’avoir dans leur foyer un certain équilibre…la différence dans le tiens c’est que la puce elle n’a pas besoin de maman pour lui rapeller combien elle est chanceuse d’avoir de bons repas, l’amour infini et le respect au sein de sa famille.

    Cela fera d’elle une grande femme avec un jugement réaliste des choses. Bravo! Un autre billet très touchant qui laisse place à la réflexion.

  8. 27 mai 2010 7 h 15 min

    Encore un grand texte.

    J’aimerais te dire à quel point ce que tu écris là me rejoint… c’est mon pain quotidien depuis plus de dix ans. Ici, c’est ça. C’est HoMa, c’est St-Michel, ce sont tous ces quartiers pauvres, mais complètement isolé du reste du monde.

    Je comprends.

  9. 27 mai 2010 11 h 13 min

    Dans mon carter à moi, les fenêtres sont propres et les rues semblent asphaltées de joie. Les femmes y plantes des fleurs pendant que les hommes taillent les haies.

    Les voitures sont récentes et il y a plein de lilas odorants.

    Et pourtant, cet environnement serait tellement plus accueillant s’il y avait, parfaois, quelques rires d’enfants…

    Je sais qu’il y en a. Parfois, je les vois furtivement. Ils se pressent d’aller se terrer dans leur splendide demeure pour y passer des heures devant l’ordinateur. Est-ce mieux? Vraiment??

    Sublime texte que vous avez écrit là.

  10. 27 mai 2010 11 h 14 min

    Je déteste vraiment, vraiment, faire tant de fôtes en écrivant. Y a t’il moyen de corriger ça?

  11. Armand permalink
    27 mai 2010 23 h 17 min

    Chère Menteuse,
    Pour l’orthographe, il y a un module gratuit de Firefox (je crois qu’il s’implante automatiquement) qui s’en occupe.
    Pour la grammaire (mais cela n’est jamais très fiable), j’utilise « Cordial » (payant) depuis la nuit des temps. Autrefois, j’avais aussi Word de Microsoft, mais je crois que c’était moins intéressant car Cordial offre des dictionnaires de synonymes, des définitions et autres…
    Attention, Cordial prend un giga sur le disque dur!
    http://www.synapse-fr.com/
    Cela se vend à la FNAC en Belgique, mais attention, c’est assez onéreux…
    Amitiés

    • Yano permalink
      28 mai 2010 11 h 54 min

      Armand, pour ce qui est d’avoir un ange gardien pour l’écriture, je ne peux m’empêcher de vous suggérer le meilleur logiciel d’aide à la rédaction du monde; Antidote.

      http://www.druide.com/antidote.html

      Estampé Québec, en plus. N’est-ce pas là un gage de qualité? 😉

  12. 28 mai 2010 11 h 57 min

    La Fêlée, mettons que ça me tentes de te redire que tu torches, je passe la ligne de la téteuserie?

    On peut tomber en amour avec deux mains sur un clavier? Ainsi, ma blonde ne pourrais être jalouse et deux mains avec un clavier de spare, on s’entend que ça peut toujours être pratique.

    Ouais, la semaine a été éreintante. Qu’est ce que tu veux, il faut que je ventile, désolé.

  13. 28 mai 2010 13 h 26 min

    @ Martyne mon Intellex, sais tu que je dors avec ton t-shirt souvent souvent? Et le matin la Puce me récite; Lire. Réagir. Dire. Agir. Et lui fait en écho; Agir agir agir agir… 😉 C’est ta faute, tu vois!

    @ Le Neuronne, pourquoi les uns et pas les autres? Une part de chance au départ, ça c’est certain mais ensuite… ouf on pourrait en débattre longtemps!

    @ Le Drew, c’est vrai ça que demander de l’aide à quelqu’un autour c’est souvent plus difficile qu’avec un étranger. Quand vient le temps d’accepter l’aide offerte, ça s’améliore pas…

    @ Demi Jour, moi aussi je réalise ma chance. Et étrangement plus je regarde ma chance plus elle me regarde en souriant. C’est ty pas beau ça? 😉

    @ Noisette, hahaha! Y avait juste à pas être pauvre! Si c’était aussi simple hein qu’on en réglerait des affaires!

    @ Armand, quand vient le temps de parler d’autorisation de faire des enfants, je suis celle qui croit que chaque parent porte en soi le potentiel nécessaire. Maintenant, avoir le potentiel est différent de le réaliser et de bien l’utiliser. 😉

    @ La Prose, tes filles c’est drôle mais ça m’inquiète pas trop… j’ai bien l’impression qu’elles sont en mesure de réaliser leur chance que tu soies leur maman. Entoucas si c’est pas le cas, tu me les envoies une fin de semaine je t’arrange ça! 😉

    @ lebarbareerudit Merci. Merci de comprendre et de toi aussi faire un effort dans ta communauté d’adoption.

    @ ment3use C’est triste les quartiers pas d’enfants. C’est surtout triste que ce soit dans un quartier tout propre et tout rose que vous ne voyiez pas d’enfants.

    @ Yano, j’ai beaucoup de claviers de spare et l’avantage avec les claviers c’est qu’ils ne sont pas jaloux les uns des autres. (ouan, grosse semaine moi’si!)

  14. Armand permalink
    29 mai 2010 1 h 29 min

    Cher Yano,
    J’ai visité le site de ton assistant à l’écriture.
    Il ressemble très fort au mien, sauf qu’il coûte nettement moins cher et n’occupe que le tiers d’espace sur mon disque dur.
    Pour l’intégration dans les programmes (dans les commentaires aux blogs, par exemple), je ne sais pas…
    Je suis habitué à mon Cordial…
    Mais Menteuse a maintenant plus de choix (si cela l’intéresse) grâce à ton intervention éclairée.
    J’ignore quel est le but recherché: commenter des blogs ou écrire des lettres.
    Amitiés

  15. Armand permalink
    29 mai 2010 1 h 57 min

    Chère Fêlée,
    Tout le monde (j’espère) sait très bien que boire immodérément ou fumer comme une vieille locomotive n’a que des inconvénients (ce que tu appelles avoir le potentiel).
    Mais il subsiste plein d’alcooliques qui écrasent des enfants au volant et de fumeurs qui intoxiquent les autres…
    Effectivement, certains sont incapables d’élever correctement leur progéniture.
    Des drogués jusqu’au trognon, des aliénés graves, des disciples de sectes dangereuses, des violeurs multirécidivistes… ne devraient pas avoir d’enfants.
    Autrement dit, pour être plus simple, faudrait-il permettre à Dutroux de devenir instituteur après sa libération, dès qu’il aura purgé sa peine?
    Amitiés
    P.S. Josef Mengele était, paraît-il, un gentil médecin de famille…

  16. 30 mai 2010 20 h 23 min

    Les guerres plus « locales » demandent plus de courage. On ne peut détourner les yeux quand on en a assez et que l’on est fatigué. Donner à l’aide internationale est souvent une façon facile de se donner bonne conscience. Je pense que ta Puce va partir dans la vie avec une longueur d’avance, et ça lui servira quand elle croisera des questions existentielles. 🙂

  17. Martyne l'intellex permalink
    31 mai 2010 19 h 39 min

    Tu sais, chère Fêlée, que nous portons encore tous nos t-shirt d’intellex, et nous répétons souvent, nous aussi, l’importance d’agir « après » dire!!

Trackbacks

  1. L’autre voisine folle « Les Non blogueurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :