Skip to content

J’ai une double vie!

22 février 2010

Je vous l’avais pas dit je pense, je travaille dans un resto des fois. Y a 2 raisons à ça. La première étant que j’ai eu besoin cet automne d’un revenu supplémentaire qui devait n’être que pour quelque semaine, la deuxième raison a fait que ça s’est prolongé: j’ai besoin de ce contact avec la réalité de façon régulière. Je travaille en général de chez moi, avec mon ordinateur et mon téléphone. C’est ben ben le fun mais côté relations humaines c’est froid un peu. Or quand je met les pieds au resto, j’ai des gens en chair et en os (plutôt en chair mettons) que je peux observer et avec qui interagir. J’ai donc décidé de continuer quelques heures par semaine, pour garder le contact avec le monde extérieur et je profite du petit revenu de plus que ça me fait. Et la bouffe est à moitié prix pour les employés. Avantage non négligeable.

Je suis la vieille madame au resto. Les employés ont presque tous la jeune vingtaine et moi, je suis la vieille à qui ils n’arrivent pas à coller un âge précis. Y en a même un qui me dit vous, le p’tit christ, mais je le laisse faire parce qu’il est trop craquant comme ça. Puis comme dans tout resto y a la serveuse qui se prend pour la gérante et elle aussi je la laisse faire parce que je m’en fiche tellement. Et plus je m’en fiche, plus elle se crinque. Vraiment amusant. On a aussi celle qu’on appelle « brown nose », vous devinez pourquoi. Évidemment elle est très gentille avec moi, mais comme elle est très gentille avec tout le monde, ça compte pas. Et les livreurs… dans la hiérarchie d’un resto, les livreurs sont vraiment au bas de la pyramide. Ce sont donc mes souffres-douleurs attitrés. Je les aime bien les livreurs et eux, ils ont tous l’air de penser que je suis une madame vraiment bizarre.  On s’emmerde pas. Et je vous parle même pas des clients…

Pourquoi je vous raconte tout ça? Parce qu’en février 1988 à 14 ans je faisais mon premier club sandwich et que je l’ai foirée comme il faut et que le patron m’a engueulé et que je me suis mise à pleurer comme une conne et que je me suis fait mettre à la porte après même pas 3 heures de service. Qui veut d’une braillarde dans sa cuisine… Welcome to the real world. Ça fait 22 ans cette semaine que je travaille de près ou de loin, par intermittence, dans la restauration. Je suis passée de celle qui ne savait pas faire bouillir de l’eau à propriétaire d’un resto puis maintenant à celle qui le fait par plaisir. Chaque fois que j’ai eu besoin d’un peu de dollars vite faits, peu importe où j’étais, j’ai trouvé un resto sur mon chemin pour y pourvoir. Je vous ai peut-être déjà fait un steamé pendant vos vacances au camping, ou une poutine après votre journée plein air au centre de ski. J’ai peut-être pris votre commande au téléphone ce soir. Ça m’a fait plaisir!

Publicités
9 commentaires leave one →
  1. 22 février 2010 8 h 15 min

    Je comprends tellement ton besoin de contact avec le real world. Je suis comme ça aussi.

    M’a te prendre deux moutarde-choux stp pour apporter!

    • 22 février 2010 11 h 24 min

      *se replace la bretelle de brassière*: Une poutine avec ça mon grand?

      • 22 février 2010 12 h 48 min

        Yeah, extra sauces stp. Pis le fromage en crotte, gêne toi pas pour en mettre!! dit-il en ce grattant l’entre-jambes et en feuilletant le journal de la veille.

  2. 22 février 2010 8 h 54 min

    Ah c’est toi la fille sympa que j’ai rencontré et qui soupirait devant la folle de gérante au powertrip!
    C’est vrai que le monde on en a besoin des fois. Même s’ils sont inconnus.
    Ça m’est arrivé quand j’étais seule d’aller m’assoir dans un café pour lire juste parce que je ne voulais pas être seule chez nous pour lire…

    • 22 février 2010 11 h 23 min

      héhé je souris quand elle pète une coche. C’est même difficile de ne pas lui rire en pleine face.
      La vraie gérante est très gentille et habile dans la gestion des RH, et heureusement, elle compense pour le manque de tact de la wannabe.

  3. Armand permalink
    22 février 2010 10 h 52 min

    Chère Fêlée,
    J’ai aussi constaté que le monde de la restauration « de masse » était impitoyable, bien que je n’y sois jamais allé que comme client.
    Ainsi, je me souviens d’un malheureux qui avait « raté » un « plat ».
    Le patron hurlait devant les clients, traitant le marmiton de toutes sortes de noms à connotation raciste.
    Je me suis juré de ne plus jamais mettre les pieds dans le troquet et l’ai fait savoir (j’étais un client « habituel ») au patron après avoir payé car le type était probablement un fourbe aussi… Je n’ai d’ailleurs pas voulu de ses explications.
    Profiter des plus faibles est dégueulasse. C’est comme frapper un paralytique.
    Amitiés

    • 22 février 2010 11 h 21 min

      Cher Armand,
      Ce monde dur a l’avantage de former le caractère des jeunes qui ont le courage d’y persévérer plus de quelques heures et pour qui ce n’est qu’un emploi temporaire, pendant les études. Mais pour ceux qui y sont parce qu’ils n’ont pu avoir la chance d’en décider autrement, c’est moche en effet. Heureusement les mauvais patrons sont moins nombreux maintenant qu’ils ne l’étaient dans le passé. Il y a un réel problème de rétention de personnel dans la restauration et les patrons n’ont plus le choix de s’adapter, d’assouplir… quitte à maintenant en être vraiment réduits à faire les 4 volontés des employés. Retour du balancier, soyez heureux. 🙂

  4. 22 février 2010 18 h 45 min

    Il n’y a pas de sot métier!

    Moi aussi j’prendrais une poutine svp! Avec un hot-dog, mais « toasté » svp! (je n’aime pas le tout mou!)

  5. 23 février 2010 22 h 36 min

    Je me demande si t’es aussi efficace avec un hol doye qu’un clavier… ton texte était succulent!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :